Bon de commande

Dulac, l'autre visage de Marianne et de la République

Publié le : 14/03/2019 10:25:49
Catégories : Billetophilie , Philatélie - Timbres

Marianne de Dulac, série provisoire d’usage courant 1945

C’est à un artiste français, Edmond Dulac, naturalisé anglais en 1912, que le général de Gaulle s’adresse pour réaliser les émissions des colonies qui avaient rallié la France libre, ainsi que des projets de timbres devant servir en France libé­rée.

Dulac propose une maquette représentant pour la première fois une Marianne, aux traits de Léa Rixens, épouse du peintre Emile Rixens, qui était son condisciple à l’école des beaux-arts de Toulouse.

Les non-émis

Une première série de trois timbres correspondant aux tarifs postaux d’avant 1942 est réalisée en héliogravure par l’impri­merie Harisson & Sons de Londres : un 25 c vert (pour les journaux), un 1 F rouge (pour la lettre simple), et un 2,50 F bleu (pour la lettre pour l’étranger). Le procédé d’impression en héliogravure et les couleurs utili­sées sont ceux des timbres anglais en cours, à l’effigie de George VI. Cette première série semble avoir été impri­mée à 5 000 exemplaires mais elle est refusée par le général de Gaulle à cause de la légende « R France F ».

Dulac de Londres tirage non-émis

Le mot « France » est enlevé et une nou­velle série tirée à 10 000 exemplaires. Cependant, la libération ne venant pas, ces timbres sont oubliés, et ils ne réapparaissent qu’en 1946, sur le mar­ché philatélique américain. Ce sont donc des non-émis.

La série définitive

Le 8 décembre 1943, Menthon, commissaire aux Colonies, institue un concours à Alger, et décide d’y faire participer les artistes français résidant en Grande- Bretagne. Il demande que l’on s’ins­pire soit de thèmes déjà traités (effigie de la République, Semeuse, Droits de l’homme, etc.), soit que l’on évoque « la France sortant de l’ombre ».

Les 20 timbres Marianne de Dulac

Ce timbre est prévu pour être utilisé en France et dans vingt colonies. La maquette doit comporter les mentions « RF », « Postes », le nom de la colo­nie et une croix de Lorraine. Seul Dulac envoie un projet, mais avec la mention « Algérie ». Il est adopté le 10 février 1944, mais on supprime la mention « Algérie », car l’idée d’une utilisation aux colonies est abandon­née. On prévoit la fabrication d’une tranche de 11 timbres allant de 50 centimes à 5 francs.

La fabrication des timbres commence le 15 août 1944, et les pre­mières caisses de timbres sont expé­diées à Paris après le 31 août. Le 22 septembre, Tony Mayer, chef du service des timbres à Londres, constate que les timbres 1F50 rose mis en vente en priorité en France provoquent l’admiration générale. Cependant l'Atelier des Timbres- Poste n’ayant pas souffert des combats de la Libération et ayant repris son travail, Tony Mayer, désireux de ne pas froisser les alliés britanniques, ne stoppe pas l’impression des timbres à Londres, mais la réduit de moitié (706 millions au lieu de 1,4 milliard). L'émission de la série Dulac s’éche­lonna de mars à novembre 1945. La mise en vente en dernier de la plus grosse valeur, le 50 F violet foncé, fait craindre, dans la presse philatélique, l’apparition d’un 100 F et d’un 200 F.

Entraide française

Mis à part les billets de banque, on retrouve la Marianne de Dulac sur les timbres Entraide française émis dans quatorze colonies et sur les timbres fiscaux des colonies.

Timbre fiscal Dulac

Dulac et les billets de banque

Parallèlement, on fabrique les billets de banque de 100 francs, qui seront utilisés en Corse libérée.

À la suite de la libération de la Corse en septembre 1943, le C.F.L.N décide de retirer les billets de banque en ser­vice dans l’île. Un billet de 100 francs dessiné par Dulac est alors imprimé en Grande-Bretagne par la firme Bradbury Wilkinson & Co, LTD. D’autre part, deux billets de 500 francs brun et de 1 000 francs vert au type Dulac sont mis en circulation en 1945 en France. Sur le billet de 500 francs, la Marianne regarde à droite, contrairement aux autres billets et aux timbres. Un billet de 5 000 francs reste non émis.

Billet de banque 1000 Francs Dulac

Mais comme ceux-ci sont l’objet de nombreuses falsifica­tions, on commande à Dulac une vignette grise « 100 F trésor cen­tral », destinée à être collée sur les billets pour les authentifier. Cette commande est finalement annulée en octobre 1944, et seuls subsistent quelques exemplaires de cette vignette.

Vignette 100 Francs Dulac

L'ensemble de ces billets sera retiré de la circulation le 13 juillet 1946.

Marianne de Dulac, tirage de Paris

À la demande de l’Adminis­tration fran­çaise, un tirage dit « de Paris » est effectué par l’Atelier des Timbres-Poste, du 7 mai au 9 août 1948, par feuilles de 50 timbres, non dentelés, dans quinze nuances diffé­rentes.

La légende et la valeur de ce timbre sont remplacées par une « grecque », une frise aux motifs régu­liers. L’administration postale française aurait voulu prouver, par ce tirage, quelle était capable de faire aussi bien que les Anglais. Devant le prix de revient du tirage, en couleurs vives, elle ne donne pas suite à ce projet.

Tirage de Paris Dulac en rouge et noir

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)