Timbres France Série N° 505/525 neuf sans charnière Agrandir l'image
ITVF - Phil@poste

Timbres France Série N° 505/525 neuf sans charnière

ATF00483

Utilisé

N° 505/525 Type Petain. Neuf sans charnière. Protégez au mieux vos précieux timbres nous vous conseillons ce classeur Lindner ou les albums préimprimés Safe.

Plus de détails

Immédiate

Voir les conditions de livraison

Les frais ci-dessus ne tiennent pas compte des réductions éventuelles dont vous pourriez profiter.

4,00 €

Paiements sécurisés
Paiements sécurisés

Ajouter à ma liste d'envies

Fiche technique

Objet de rechercheTimbre
Conditionnement :A l'unité ou Série
Continent :Europe
Pays :France
Qualité :Neuf avec charnière
Emission :aout 1941
Date de retrait :1er novembre 1944
Dessinateur :Prost Jean Vital., Lemagny Paul-Pierre., Bersier Jean-Eugène., Bouguenec, Mazelin charles.
Graveur :Mazelin charles., Gandon Pierre., Piel Jules., Hourriez Georges., Prost Jean Vital.
Devise :Franc
Impression :Typographie, Taille douce
N° Yvert :505
Année :1941

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Accessoires

Un peu d'histoire...

Maréchal Pétain série d’usage courant 1941 & 1942

Dès le 8 janvier 1941, le secré­taire d’Etat aux PTT envisage l’émission d’une nouvelle série de timbres, petits formats cette fois, à l’effigie du maréchal Pétain. Trois mois suffisent à la préparer. Une série de dix-neuf valeurs allant de 1 c à 3 F est d’abord prévue, mais les valeurs de 1 c, 2 c, 3 c, 5 c et 1F30 sont ensuite abandonnées.

Quatorze artistes proposent trente et une maquettes. Par contre, cinq artistes se récusent, ou ne se manifestent pas : il s’agit de Breton, de Mlle Faure, de Laboureur, de Perrichon et de Turin.

La maquette de Prost est choisie pour les petites valeurs. Cependant, ces timbres au type Prost sont dans l’ensemble très critiqués, et ne plaisent pas au maréchal lui-même. Ils sont d'ailleurs retirés de la vente au printemps 1942 et rempla­cés par des Mercure.

Les maquettes de Lemagny sont elles-mêmes criti­quées, notamment pour le képi légè­rement coupé et le bâton de maréchal placé à gauche. Pour le 80 c brun, les critiques jugent que « sa nuance chocolat aggrave encore la pauvreté du type ».

Enfin, pour la maquette Bersier, les attributs ont beau être supprimés et rempla­cés par des feuilles de chêne, les timbres émis ne plaisent ni au maréchal Pétain ni au public. Cette nouvelle série fait donc l’unanimité contre elle. De plus, l’impression en typographie, choisie pour permettre des gros tirages au moindre coût, est très contestée.

Les revues phila­téliques critiquent sévèrement les nouvelles figurines et demandent même que « le timbre nouvelle­ment émis soit censuré ». Les tirages varient énormément en fonction de la valeur du timbre et de son usage. Le tirage le plus petit est de 5,4 millions et concerne le 20 c, alors que le plus grand, celui du 1 F, s’élève à 964 millions. Tous ces timbres seront démonétisés le 1er novembre 1944.

Cette première émission sera complétée en 1942 du fait du changement de tarif, et se terminera par un timbre d'une valeur faciale de 50 francs, créé par Mazelin.